MANIÈRES DE VOIRE

MANIÈRES DE VOIRE

Elimination des Lions du Sénégal à l’Afrobasket ball : les limites de Abdou NDIAYE « Adidas »

Hier, Jeudi 13 Août 2009, le Sénégal du basket a passé une nuit blanche à cause de la débâcle des protégés d’ «Adidas » à Tripoli face aux éléphants de la Côte d’Ivoire qui ont su dompté les lions. Pour autant à coup sûr cette élimination que d’aucuns qualifieront de prématurée ne surprend guère les nombreux supporters qui ont suivi l’évolution de cette équipe dans cette compétition continentale. En effet les lions coachés par « Adidas » ont fait preuve d’une grande fébrilité défensive et d’une inexplicable maladresse durant tout le tournoi particulièrement depuis la rencontre face au Cameroun qu’ils ont battu uniquement parce que la chance était cet après midi là sénégalaise.

Ce qui nous amène à s’interroger sur l’apport du coach dans cette équipe alors que son arrivée à la tête de celle-ci si mouvementée soit elle a été criée urbi  et orbit comme étant le début de la reconstruction du basket ball sénégalais. Malheureusement ce que tout le public a suivi en direct c’est le manque de vision de jeu d’« adidas » sinon comment expliqué sur le match de la Côte d’Ivoire que menait après 5mn de jeu de 14 à 2 l’entraîneur n’est sollicité aucun temps mort pour au moins casser la dynamique de jeu ivoirienne et remettre nos joueurs en scelle. Malheureusement, la défaite en quart de finale n’a été que la goutte de trop en effet face au Rwanda et au Maroc, le jeu proposé par « Adidas » a montré de grandes failles avec une défense regroupée sous le cerceau ce qui laissait les côtés aux joueurs adverses qui en abusaient par des tirs à trois points et des retours en force sous le panier pour gagner presque tous les rebonds. Toutefois, ces deux défaites passées, nous espérions voire en quart de finale une nouvelle équipe sénégalaise qui se serait amendée en corrigeant les erreurs accumulées lors des trois dernières sorties, et c’est là qu’on attend un coach. Autrement dit, « Adidas » était attendu pour imprégner à l’équipe une certaine technicité dans le jeu collectif leur permettant de venir à bout de leurs adversaires car sur le plan individuel le Sénégal dispose des meilleurs éléments du tournoi.

Au sortir de cette compétition catastrophique pour le Sénégal, il faut dire que le projet « Adidas » est un  projet mort né car celui qui l’animait n’a pas était à la hauteur de la mission que la nation lui a  assignée en faisant des erreurs sur le système de jeu mais avant tout un choix d’hommes car dans le douze sénégalais, on n’a pas senti l’apport de Desagana DIOP, de Kabir PENE, d’Ibrahima MBENGUE et de Boubacar COLY très peu utilisé car étant un joueur au chômage.

Pour terminer, il urge de corriger les maux qui gangrènent le sport le plus titré au Sénégal et cela passera par la recherche d’entraîneurs disponibles pour mieux superviser tous les joueurs sénégalais car je reste convaincu qu’à Tripoli, il n’y avait pas la meilleure équipe du Sénégal.

 



14/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres