MANIÈRES DE VOIRE

MANIÈRES DE VOIRE

Malika, une commune en péril écologique.

Située à 22 km de Dakar, sur la frange de la bande côtière du littoral nord, la commue d’arrondissement de Malika se développe sous l’aire du village traditionnel du même nom.

Connue surtout comme étant un sanctuaire de la confrérie layènne, la commune d’arrondissement de Malika  couvre une superficie de plus de 805 ha et compte plus de 40.000 habitants.

A l’image de plusieurs collectivités locales, elle est confrontée à d’énormes difficultés dont les non moins importantes restent liées à l’environnement. En outre, cette commune d’arrondissement bénéficie d’une bonne géographie car faisant frontière avec l’océan atlantique et abritant l’une des rares zones humides de la région de Dakar en l’occurrence le lac Wouye.

S’il est vrai que le lac Wouye avec toute sa biodiversité d’une part et son importance économique et écologique pour toute la localité d’autre part est menacée de disparition faute d’un plan de gestion cohérent non élaborée par les autorités locales et étatiques. Il constitue cependant un problème écologique mineur face à celui qui pourrait dans quelques années mettre ce paisible village religieux au devant de l’actualité nationale voire internationale.

 



En effet comme l’illustre les photos ci-dessus, l’érosion côtière commence à faire des dégâts énormes sur les habitations construites sur les rivages de la mer. Malheureusement ce phénomène risque de connaître dans moins d’une dizaine d’années des conséquences plus graves si rien n’est fait. En d’autres termes, si le processus de construction de sites d’habitations dans cette zone n’est pas stoppé, la commune d’arrondissement de Malika court une grande catastrophe écologique et l’exemple du quartier de Thiawlène à Rufisque devrait être un cas d’école.

Par ailleurs ce qui est bizarre dans cette affaire c’est qu’on ne peut pas comprendre qu’une mairie ou tout autre service que ce soit puisse accorder à des tiers le droit de construire et d’habiter sur le domaine maritime qui est supposé inaliénable.

En tout état de cause, nous jeunes de Malika, profitons de cette tribune pour alerter les autorités publiques du danger qui guette cette commune d’arrondissement afin qu’elles prennent les mesures idoines pour éviter une catastrophe. Il nous semble également important de signaler que cette réaction devrait être rapide car au moment où l’on écrit cet article des lotissements ont été déjà élaborés à moins de 150m du rivage pire des propriétaires ont même commencé à construire leur parcelle.

Pour terminer, nous osons espérer que cette alerte trouvera des oreilles attentives auprès des autorités concernées car il serait dommage de laisser ce phénomène d’occupation du domaine maritime perduré avant même de penser aux conséquences que cela pourrait avoir sur l’environnement et la sécurité des populations. C’est ainsi qu’il urge de stopper les lotissements dans la zone côtière de la commune d’arrondissement de Malika mais aussi trouver des moyens de protéger la commune face à l’avancée de la mer. En effet, le problème y est réel car accentué d’une part par l’extraction du sable marin avec l’ouverture de nouvelles carrières tous les jours et d’autre part par l’âge avancé des filaos qui fixaient les dunes.



13/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres